Un cadavre dans la neige

Aller en bas

Un cadavre dans la neige Empty Un cadavre dans la neige

Message par Inspecteur Zander le 31.10.18 16:00

Lundi 5 Novembre
Un cadavre dans la neige
“ Inspecteur Zander, rendez-vous sur place ”
" Virez-moi tous ces journalistes "

Lundi matin. À peine neuf heures. Il neige assez pour ne pas voir à vingt mètres. Quelle meilleure façon de commencer sa semaine qu'avec un mort sur les bras ? Ironie, bien sûr. L'inspecteur Zander fronce les sourcils, la tête penchée au-dessus du cadavre du jeune homme. Les poings solidement fichés sur ses hanches, le chapeau planté sur la tête qui le protège légèrement du froid, le policier serre les dents pour essayer de se concentrer malgré le tumulte qui règne autour de lui.

Les journalistes n'ont pas encore totalement évacué la zone, en dépit des ordres que l'inspecteur a distribué il y a déjà plus d'une demi-heure à ses subalternes. Réfléchir à côté d'une bande de harpies qui braillent des questions incompréhensibles tant elles se mélangent entre elles dans l'air glacial est tout simplement impossible, et Zander commence à bouillir. Il relève sèchement la tête et gueule tout à coup : "Virez-moi tous ces journalistes ! Fissa !"

Pour toute réponse, il observe une effervescence renouvelée de la part de ses agents. Il les voit du coin de l'œil repousser la foule et demander poliment mais fermement aux baveux de quitter les lieux. Les étudiants sont un peu plus faciles à manœuvrer, car moins habitués aux démonstrations (purement fictives) de force de la police. Les journalistes, eux, savent parfaitement que les flics ne peuvent pas faire grand chose pour les forcer à déguerpir. Alors ils jouent toujours la carte de l'intimidation. Et si ça ne marche pas, et bien…

La zone se vide lentement. Trop lentement au goût de Zander. Mais il finit par se retrouver dans le calme, entouré par d'autres agents et l'équipe de techniciens. Les ambulanciers attendent un peu plus loin, le brancard à leurs côtés, que la police termine ses prélèvements en tous genres.

Le corps a été recouvert d'un fin drap blanc, qui se confond presque avec la neige qui recouvre désormais tout le paysage. Des bandeaux jaune et noir ont été répartis tout autour de la scène, afin de repousser les curieux au maximum, mais l'inspecteur sait pertinemment que, dès qu'ils auront levé le camp, la zone sera envahie par les morbides du coin et autres amateurs de mystères bien glauques.

Pour un mystère, d'ailleurs, c'en est un. Le jeune homme, qui se nommait Andreas Svërsson selon l'un des premiers agents arrivés sur place, ne semble présenter aucune blessure évidente. Pas de sang, pas d'hématome sur le cou, par de bosse, rien. Que dalle. À croire qu'il est tombé raide sans raison, au beau milieu de la cour du pavillon de lettres.

Un détail fait soudain se soulever les sourcils de Zander. À en croire les premières infos récoltées sur place, Svërsson était étudiant en sciences. Il suivait donc ses cours de l'autre côté du campus. Que pouvait-il bien venir faire par ici ? C'est une piste à ne surtout pas négliger, comme son intuition le lui souffle.

L'inspecteur est reçu à dix heures treize par le doyen de l'université, dans son opulent bureau. Zander jette un coup d'œil circulaire autour de la pièce richement meublée, et retient un rictus méprisant. L'étalage de la richesse n'a jamais constitué une qualité selon lui. Il déteste ces gens confortablement installés dans leur petite vie parfaite. Ou est-ce de la jalousie, comme le lui a déjà méchamment suggéré Sandra, son ex-femme ? Non, certainement pas.

"Monsieur le doyen, je dois vous poser quelques questions à propos de l'affaire."
"Je vous écoute, inspecteur, et serai heureux de pouvoir vous répondre. Cependant, je suis malheureusement au regret de vous dire que je ne suis au courant de rien. De rien de plus que vous, pour l'instant."
Haussant un sourcil, Zander ne répond pas et s'assoit dans un fauteuil, face au bureau du vieil homme.
"Je suis convaincu que vous savez au moins qui est mort. Parlez-moi d'Andreas Svërsson."
"Andreas est… était… un excellent élément de l'université. En deuxième année de sciences, il était curieux, intelligent, réfléchis. Je n'ai jamais eu à me plaindre de lui, à l'instar de chacun de ses professeurs. Tous ses camarades semblaient beaucoup l'apprécier, pour ce que j'en sais. Non, vraiment inspecteur, je ne comprends pas ce qui a pu se passer…"
"N'allons pas trop vite en besogne, monsieur le doyen. Savez-vous si le jeune Svërsson présentait des soucis de santé ?"
"Attendez une seconde, j'attrape son dossier..."
Le doyen se lève péniblement de son honorable fauteuil et va chercher une chemise bleu clair dans l'armoire qui jouxte son bureau. Se rasseyant lentement, il pousse le dossier vers l'inspecteur, l'invitant implicitement à l'ouvrir. Zander ne se fait pas prier et remercie rapidement son interlocuteur.

En première page, il découvre les coordonnées, l'état civil et d'autres informations administratives concernant Andreas, qui ne l'intéressent pas sur le moment. Ensuite vient son dossier médical, que l'inspecteur parcourt en diagonale. A priori, rien dans l'état de santé de Svërsson ne le prédisposait à une crise cardiaque inopinée ou tout autre forme de mort subite. Mais après tout, Zander n'est pas médecin.
"Est-ce que je peux emporter ça ?" demande-t-il au doyen en désignant le dossier.
Le visage du vieux se tord légèrement en une grimace désagréable, et l'inspecteur comprend qu'il n'est pas question de laisser sortir ce genre d'informations personnelles de l'établissement. Au moins, les données privées des étudiants sont entre de bonnes mains. Zander n'aura qu'à revenir avec un mandat… Il baisse de nouveau les yeux sur les papiers qui s'étalent sur le bureau et revient à la première page. Il s'aperçoit alors qu'Andreas avait un frère. Leakers Svërsson, d'un an son cadet si on en croit le dossier.
"Connaissez-vous Leakers Svërsson ? Est-il étudiant ici ?"
Le doyen pousse soudain un soupir de lassitude en secouant doucement la tête, une moue déçue sur le visage.
"Hélas oui, inspecteur. Leakers est à Andreas ce que le football est à la danse classique, si vous voyez ce que je veux dire…"
"Savez-vous s'ils s'entendaient bien, malgré tout ?"
"Je n'en ai pas la moindre idée, inspecteur, j'en suis navré."
"Ça ne fait rien, j'irai directement lui poser la question… Merci pour votre coopération, monsieur le doyen, je vous laisse tranquille. Nous nous reverrons peut-être bientôt. Si quoi que ce soit vous revenait, appelez-moi au commissariat. Bonne journée à vous."

L'inspecteur prend congé avec déjà une idée en tête : trouver Leakers Svërsson pour lui poser quelques questions…


Les personnages ayant été présents sur les lieux au moment de la découverte du corps (c'est-à-dire logiquement les étudiants, les membres du personnel de l'université, et d'autres personnes avec une bonne raison de se trouver au sein de l'établissement) peuvent poster à la suite de ce post.
Codage par Libella sur Graphiorum
Inspecteur Zander Âge : 46 ans

RPG en cours :
Un cadavre dans la neige Left_bar_bleue0 / 30 / 3Un cadavre dans la neige Right_bar_bleue

Quartier : Commissariat, Downtown Area
Métier : Inspecteur de police
Situation : Divorcé
Orientation : Hétéro

Messages : 2
Points : 40

Avatar : Tobias Menzies
Inscrit(e) le : 28/08/2018
Inspecteur Zander

http://stockholmuniversity.forumactif.com/t31-inspecteur-zander#37

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum